| 2017-12-04



   Selon l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), l’année 2016 restera dans les annales : Température moyenne record, banquise exceptionnellement réduite et poursuite inexorable de la hausse du niveau de la mer et du réchauffement des océans. Début 2017, les conditions météorologiques et climatiques extrêmes étaient toujours d'actualité.

   L'OMM a publié sa déclaration annuelle sur l'état du climat mondial en prévision de la Journée météorologique mondiale, célébrée le 23 mars. « Ce compte rendu confirme que l'année 2016 est la plus chaude qui ait jamais été enregistrée : la hausse de la température par rapport à l'époque préindustrielle atteint, chose remarquable, 1,1 °C, soit 0,06 °C de plus que le record précédent établi en 2015. Cette augmentation de la température moyenne s'inscrit dans la logique des autres changements intervenant dans le système climatique », a souligné le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

   « Moyennées à l'échelle du globe, les températures de surface de la mer ont été elles aussi les plus élevées jamais constatées, la hausse du niveau moyen de la mer s'est poursuivie et l'étendue de la banquise arctique a été bien inférieure à la normale la majeure partie de l’année ».

   « Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère ne cessent de battre de nouveaux records, ce qui atteste de plus en plus clairement de l'influence des activités humaines sur le système climatique ».

   Selon le compte rendu, la Température moyenne de chacune des 16 années postérieures à 2000 a dépassé d'au moins 0,4 °C la normale de la période 1961-1990, qui sert de référence à l'OMM pour la surveillance du changement climatique. Les températures mondiales continuent de s'inscrire dans un réchauffement général dont le rythme oscille entre 0,1 et 0,2 °C par décennie.

   Des températures record ou quasi record ont été observées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. La plus haute « +54,0 °C » a été enregistrée à Mitribah (Koweït) le 21 juillet. Des valeurs de +53,9 °C et +53,0 °C (record national) ont été relevées le 22 juillet respectivement à Bassora (Iraq) et Delhoran (République islamique d'Iran), et des températures très élevées ont été aussi signalées au Maroc, en Tunisie, en Libye et aux Émirats arabes unis.

 

   Pour plus d’informations, Consultez le Rapport Annuel de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) : « Faits saillants de l’année 2016 » sur les liens suivants :

Version en langue française :

https://library.wmo.in/opac/doc_num.php?explnum_id=3624

Version en langue arabe :

https://library.wmo.in/opac/doc_num.php?explnum_id=3627