| 2018-04-30



   MétéoAlgérie a organisé en date du 30 Avril 2018, au niveau du complexe de Dar El- Beida Alger, une journée d’études animée par les cadres techniques centraux et régionaux de l’Office, en présence des responsables des structures centrales sous la présidence du Directeur Général de l’office. Dans son allocution d’ouverture, Monsieur le Directeur Général a rappelé l’intérêt qu’accorde la Direction Générale à ce genre de manifestations pour non seulement rehausser le niveau technique de nos cadres, mais également instaurer une tradition au sein de l’établissement visant à partager les connaissances entre les techniciens et en même temps à favoriser la recherche ciblée qui vise plus particulièrement l’amélioration et la diversification des services à offrir aux clients de MétéoAlgérie. Cette journée d’études est la première d’une série de manifestations scientifiques du genre, par laquelle l’office souhaite offrir un espace à ses chercheurs pour présenter leurs travaux de recherche et demeure par conséquent une opportunité afin d’illustrer leurs compétences et leurs savoir-faire dans le domaine de la météorologie. Huit thèmes ont été ainsi présentés dont les résumés sont comme suit:


 

1  1. CARTOGRAPHIE DE LA VULNERABILITE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE « Cas du risque de feux de forêt »

Par : Mr. Lotfi Halimi

 

Résumé : En Algérie, les ressources naturelles sont exposées à l’augmentation des variations climatiques et à une pression anthropique croissante. Les variations climatiques dues à la variabilité et au changement global à venir auront un impact significatif sur les secteurs et les activités traditionnellement sensibles aux conditions climatiques comme les ressources en eau, l’agriculture et les forêts, qui représentent un des systèmes clés des ressources nationales les plus vulnérables.

En général, 70% des catastrophes naturelles sont d’origine climatique et météorologique, on peut citer la sécheresse, les inondations, les vagues de chaleur, de froid et les feux de forêt…

Des preuves chiffrables en milliards de dollars, comme conséquences des catastrophes climatiques ; l’évidence réside dans l’évolution du climat, par le changement et/ou la variabilité climatique et les risques qui leur sont liés et qui continuent à menacer le développement des populations et plus particulièrement leurs résiliences.

·         La vulnérabilité des changements et/ou variabilités climatiques sont considérées comme un indicateur de sensibilité ou d’incapacité d’un système à faire face aux effets des risques climatiques.

·         La Cartographie de la Vulnérabilité peut alors constitue un outil de compréhension et d’exploration à l’exposition aux risques, ainsi souscrivant à la mise au point d’un plan stratégique d’adaptation au changement climatique pour les différents secteurs.

Chaque année en Algérie, des milliers d’hectares de forêt sont à la portée des feux dévastateurs. Ce fléau peut être approché par un outil scientifique appliqué :

 La météorologie appliquée à la gestion des feux de forêts :  est l’une branche par laquelle on peut approcher les différentes phases de cet aléa (avant, pendant et après déclanchement). Il s’agira d’une discipline phare à ce secteur pour se préparer, s’organiser et passer à l’action. A travers cet outil, la météorologie peut renforcer sa politique en matière de protection des biens et des personnes, à contribuer à définir ou de reformuler les anciennes politiques publiques en matière de lutte contre les catastrophes naturelles, voir même motiver le gouvernement à investir de plus en plus dans les systèmes de prévision et d’anticipation.

La mise en place d’un système d’information feu de forêt météo s’avère indispensable par Le calcul d’indices de feux de forêt météo et l’associer à un autre système d’information de données géographiques pour la vigilance à court terme ou les impacts à moyen et long terme.

2.  APPROCHE STATISTIQUE ET OCCURRENCE D’ORAGE -CAS D’ALGER- par MR. BENSABEUR Abdelmadjid


Résumé : Les prévisionnistes n'utilisent généralement pas la sortie des couches inférieures du modèle de PNT, parce que les processus physiques réels qui se produisent dans la couche limite de la Terre sont grossièrement approximés dans le modèle (paramétrisations physiques ) avec sa résolution horizontale relativement grossière. 

 

En raison de ce manque de fidélité et de son état initial imparfait, les prévisions de quantités proches de la surface obtenues directement ou indirectement du modèle sont sujettes à des erreurs systématiques (biais) et aléatoires, qui ont tendance à croître avec le temps.

 

Beaucoup de services météorologiques dans le monde se sont penchés vers des développements statistiques (classique, Perfect prog, MOS) pour prévoir divers éléments météorologiques de surface.

 

Dans cette étude, nous avons appliqué une des méthodes déjà développée dans beaucoup de pays et qui a donné de bons résultats. Pour notre cas, nous nous sommes intéressés au phénomène considéré comme le plus difficile à prévoir, en raison de sa variabilité spatiale et temporelle : il s’agit de l’orage.

L’étude met en relation les occurrences d’orages, observés à la station météorologique de Dar El Beida et à ses alentours, avec des valeurs d’indices d’instabilité déduits du modèle ALADIN ALGERIE, ainsi que des mesures de la Pression, Température et de l’humidité en surface relevées à la station météorologique d’Alger.

 

La technique de Perfect Prog a été appliquée à ces variables pour le diagnostic et la prévision d’orages. Elle a montré une amélioration substantielle de la prévision opérationnelle. En plus de cela, l'utilisation des types de temps, avait permis d'améliorer de 2 à 3 % le pourcentage de cas bien prévus.

 


3PREVISION DES PERFORMANCES D'UNE TURBINE A GAZ : Analyse et Validation, par Melle CHIKHI Sara

Résumé : Une étude comparative entre les performances prévues d’une turbine à gaz, calculées sous l’effet des températures de l’air ambiant simulées par le modèle atmosphérique ALADIN, et celles calculées sous l’effet des températures de l’air observées par la station d’Alger Port au cours de l’année 2017 a été réalisée. Les résultats montrent que les températures de l’air élevées influent négativement sur les performances de la turbine à gaz, notamment en période estivale. Nous avons enregistré une réduction de 36 MW de puissance électrique produite pour un intervalle de températures de l’air situées entre -2°C et 38,5°C. Le rapport entre le rendement prévu simulé et le rendement réel est estimé à 95%, qui peut par conséquent être qualifié de très satisfaisant.


4.      ANALYSE DES EXTREMES DE TEMPERATURE DU SUD-OUEST ALGERIEN, par : MR. HAMIDI Hamza 


 

 

Résumé : Le caractère permanent de la température lui confère un rôle déterminant en bioclimatologie. Ses valeurs minimale et maximale revêtent un intérêt particulier du fait qu'elles soient quelques fois liées à une situation météorologique "à risque", pouvant générer des phénomènes exceptionnels souvent dommageables tels les vagues de chaleur ou de froid. Ainsi, les canicules en Algérie a causer un nombre de décès parmi les personnes vulnérables tels que les malades ou les personnes âgées. Les vagues de froid, accompagnée de fortes gelées engendre d’importants dommages aux cultures maraîchères dans les hauts plateaux et même peut toucher le nord du Sahara algérienne. D’où l’intérêt porté dans cet article à l’analyse des extrêmes de température en Algérie. Ceci permet d’apprécier le risque d’occurrence de tels événements extrêmes et par suite d’en limiter les impacts souvent sévères sur des secteurs sensibles tels que l’agriculture, les ressources en eau ou la santé.

Mots clés : températures extrêmes, canicule, vague de froid.


5.  DIFFICULTES DE CARACTERISATION ET PREVISION DES SITUATIONS CANICULAIRES-ETUDE DE CAS DE LA CANICULE ENREGISTREE A BISKRA EN 2012, Par : MR. BENSALAH Nabil.

 

Résumé : Durant l’été 2012, la ville de Biskra a été touchée par un épisode de chaleur exceptionnellement persistant. La vie socio-économique a été profondément affectée et l’impact sur l’environnement a été très néfaste souvent irréversible. Ce travail constitue une tentative sommaire pour mettre en évidence:
-Les difficultés pour définir le phénomène de canicule ainsi que le choix du seuil compte tenu des intérêts des utilisateurs et,
-Les difficultés de la prévision compte tenu des influences à l’échelle locale du temps et climat ainsi que la contribution des méthodes statistiques à son amélioration.


6.    LES SITUATIONS MÉTÉOROLOGIQUES EXTRÊMES, SIGNE D’UN ÉVENTUEL CHANGEMENT CLIMATIQUE :

 CAS LES VAGUES DE FROID SUR LE NORD DE L’ALGÉRIE, par : Mme AZZI Amel

Résumé- L’Algérie a connu ces dernières années des phénomènes météorologiques extrêmes. En février 2012, l’Algérie a été plongée dans une vague de froid comparable à celle de janvier 2005. L’intensité de ces aléas météorologiques a eu des conséquences négatives sur la gestion de l’espace et la vie sociale et économique de la population. Ce travail se propose de faire une analyse climatique des mois de janvier de l’année 2005 et février de l’année 2012. Une typologie des vagues de froid qui ont sévi sur le Nord de l’Algérie est effectuée depuis 1980. Les seuils choisis sont basés sur une définition de « la vague de froid », géographiquement déterminée à l’Algérie.

 

Mots clés: vague de froid, nord Algérie,


7PRODUITS ET SERVICES DE MétéoAlgérie: PROBLEMATIQUES? Cas de Naama, par : Mme. BOUACID Saliha

 

Résumé : Satisfaire notre clientèle et nos utilisateurs est notre grand souci. Pour ce faire, on doit revoir ce que nous avons réalisé et adapter nos produits à leur besoin.

L'immensité de notre territoire nous oblige à prendre en charge toutes les contraintes.

 

8  LA STATION DE TAMANRASSET ET DE L’ASSEKREM DANS LE RESEAU MONDIAL DE VEILLE DE L’ATMOSPHERE GLOBAL (VAG) : Description et Evolution des GES, par MR. BAIKA

 

Résumé : Dans le cadre du renforcement du programme de surveillance et du suivi de la composition chimique de l’atmosphère, l’OMM a initié en 1989 un projet de Veille de l’Atmosphère Globale (V.A.G) qui englobe entre autres les anciens réseaux de surveillance de la couche d’ozone.

 

Pour renforcer le réseau de la VAG avec de nouvelles stations à l’échelle globale, l’OMM avait pour cet objectif sélectionné en 1991 six (06) nouveaux sites dans les pays en voie de développement, parmi eux figure la région de l’Assekrem à Tamanrasset, en raison de son éloignement de toute source de pollution anthropique et de son altitude élevée où le moindre changement de la composition chimique pourra être détecté.

 

Nous allons à travers cette communication mettre en exergue l’ensemble des moyens d’observation et de veille de l’atmosphère utilisés dans cette station dans le cadre de sa mission en qualité de point de mesure mondial du réseau VAG.   Nous montrerons également l’évolution temporelle de quelques gaz à effet de serre mesurés à Tamanrasset lors des dernières décennies.